Ethique de l'existence post-capitaliste, pour un militantisme existentiel - Christian Arnsperger

Publié le par Rosie

  Arnsperger.jpg

 

 

 

Dans ce livre, publié en 2009, Christian Arnsperger tente de répondre à une question de plus en plus prégnante : pourquoi sommes nous nombreux à penser qu’une existence post-capitaliste est nécessaire et pourtant difficile à engager ?

Le livre part du constat suivant : le capitalisme est secoué par des crises de plus en plus profondes, pourtant il ne cesse de perdurer. Si bien qu’il est dur d’imaginer comment il pourrait disparaître un jour.

Si le capitalisme est si résistant et difficile à critiquer c'est qu'il imprègne tous les aspects de nos vies (notre culture, notre société, notre esprit et notre corps). Il influence même notre perception de notre être et des autres.

Or, le capitalisme n’est pas arrivé par hasard. Nos comportements économiques, issus du capitalisme, agissent comme une réponse à nos inquiétudes existentielles et premièrement la peur de la mort. C'est l'analyse de ces inquiétudes qui permet de comprendre que le capitalisme ne peut y répondre que très partiellement.

 

La solution selon l’auteur est un véritable sursaut citoyen.

Il faut s'arracher à cette logique économique. Cela passe dans un premier temps par une acceptation critique : c'est à dire une remise en cause de l'existence que nous menons au sein du capitalisme, tout en continuant à vivre au sein de la société. Il s'agit donc d'une phase de critique individuelle et collective de nos inquiétudes, nos besoins et désirs pour leur trouver de meilleures réponses.

L'auteur souligne pour cela l'importance des techniques de développement personnel pour devenir de vrais "militants existentiels". Un travail sur soi permet une acceptation de nos failles, de nos peurs, de nos manques.

 

Dans un second temps il ne s'agit pas d'être passif face à ce constat mais de  chercher des actions à mener, de façon collective : créer de nouvelles communautés existentielles critiques, promouvoir une éthique de la simplicité volontaire, de la redistribution égalitaire, de la démocratie... 

Enfin, le rôle du politique est aussi essentiel alors qu'aujourd'hui il a peu de place dans les mouvements alternatifs. L’interpellation des élus, le militantisme peut aussi être une voie vers la prise de conscience.

 

Retrouvez-le ici : http://www.editionsducerf.fr/html/fiche/fichelivre.asp?n_liv_cerf=8547

Publié dans idées

Commenter cet article