Jung, L'âme et la Vie

Publié le par lepotauxroses.over-blog.com

 

penseurL'âme et la vie est un recueil de textes parmi les plus  significatifs et accessibles de l'oeuvre de Carl Jung. Il y aborde l'ensemble des thèmes qui ont traversé son oeuvre : l'âme, le rapport homme/femme, les rêves, les archétypes, l'individu dans la communauté, la connaissance de soi, le bien et le mal... 

 

Il fait partie des livres qu'on lit, oublie et retrouve selon l'envie (à condition de le laisser trainer sur la table de chevet).

 

 

Passons directement au extraits choisis car je ne vais pas me risquer à résumer Jung.

 

 

 

Concernant les rêves :

 

"De même que le corps réagit de façon adéquate à une blessure, à une infection ou à un mode de vie anormal, de même les fonctions psychiques réagissent à des troubles perturbateurs et dangereux par des moyens de défense appropriés. Le songe fait partie, à mon avis, de ces réactions opportunes[…]."

 

 

A propos des relations homme/femme :

 

"La rencontre entre deux personnalités est comme la réunion de deux corps chimiques différents : si une combinaison à lieu, les deux corps s'en trouvent modifiés."

 

 

Sur la jeunesse et la vieillesse :

 

"Etre lié à la terre ne signifie point que l'on ne puisse grandir ; au contraire, cela en est même une condition sine qua non. Nul arbre noble et de haute futaie n'a jamais renoncé à ses racines obscures. Non seulement il pousse vers le haut, mais aussi vers le bas."


 

Au sujet de l'individu dans la communauté :


"Même l'homme que nous pensons connaître le mieux et qui lui-même confirme que nous le comprennons tout à fait, nous est, au fond, étranger. Il est autre, et le mieux et le plus que nous puissions faire, est de soupçonner cet autre, de faire attention à lui et de nous garder de cette énorme stupidité qui consiste à vouloir l'interpréter."

 

"L'homme a effectivement toutes raisons de redouter ces forces impersonnelles qui siègent dans l'inconscient. Nous nous trouvons dans une insconscience béate en ce qui concerne ces forces parce qu'elles ne se manifestent jamais, dans nos actes personnels, tant que nous sommes dans des circonstances normales. […] Au sein de la masse, l'homme s'abaisse insconsciemment au niveau moral et intellectuel inférieur, à ce niveau qui est toujours présent sous le seuil de la conscience, prêt à se déchaîner dès qu'il est excité et soutenu par la formation d'une foule."

 

"Car fondu dans la société [l'homme] est en une certaine mesure libéré de sa responsabilité individuelle."

 

 

 

 

Pour les chapitres suivants, j'ai "oublié" de laisser trainer Jung sur ma table de chevet ces derniers temps. A suivre donc...


Il est édité par le Livre de Poche : http://www.livredepoche.com/lame-et-la-vie-roland-dr-cahen-jolande-jacobi-carl-gustav-jung-yves-le-lay-9782253064343

Publié dans idées

Commenter cet article